• Grazia, 9 mars 2012

    Grazia, 9 mars 2012

    Persona Grazia : Edwina de Charette.

    “Age : 38 ans. Profession : artisan maroquinier.

    Son background : “Après des études de com, je suis devenue rédactrice en chef de l'émission Paris Dernière (sur Paris Première, ndlr). Quand j'ai eu ma fille, j'ai tout remis en question. Il me fallait un travail plus terre à terre, et la notion de transmission est devenue capitale pour moi.”

    Son défi : retrouver un artisanat oublié, un service plus intime. “C'est en cherchant un sac sur mesure, et en ne le trouvant pas, que je me suis dit : pourquoi ne pas monter ma propre boîte ?” Il y a un an, elle installe donc son atelier de confection en plein cœur de Paris : “Je ne suis pas une molasse. Quand j’enchaîne, j’enchaîne !”

    Son apprentissage : “Entre vouloir faire des sacs et pouvoir les réaliser, il y a pas pas mal d’énergie et d’acharnement. Heureusement, j'ai rencontré un façonnier merveilleux, qui a compris ma démarche du tout fait main. J'ai appris à coudre, à maîtriser les finitions et, très vite, j’ai eu le sensation d’avoir toujours fait ça. J’étais bien.”

    Son premier succès : le “Française”, un modèle pour tous les jours.

    Sa signature : le bouton de col en guise de fermoir.

    Sa coquetterie : chacun de ses modèles porte un nom de rue du 1er arrondissement de Paris.

    Sa marque : une partie de son nom “à rallonge” : Edwina de Charette de la Contrie.

    Sa devise : “La facilité mène aux difficultés.”

    Son exutoire pour tenir la cadence : la boxe anglaise. “Elle permet de prendre du recul… et de canaliser mon énergie !””

    par Adrienne Ribes-Tiphaine